Search
  • florence deruy

De la douceur d'un souffle



La douceur du souffle, respiration profondément tranquille qui à la fois porte ce sentiment de paix intérieure et le nourrit.

C'est cet échange perpétuel entre dedans et dehors, qui caractérise le mouvement de la vie.

Ce souffle, puissance d'énergie qui nous traverse pour aller nourrir nos cellules les plus profondes.

Et également porteur de l'énergie qui nous appartient, qui permet de donner de nous vers l'extérieur, qui porte nos mots, nos sourires, nos rires.

Il est autant l'expression de notre poésie intérieure que celle de notre vitalité.


L'Ayurveda le nomme Pranavata, sous-dosha de Vata, et le considère comme notre force vitale. Il permet le fonctionnement sensoriel, les pensées, les émotions. De nombreux dysfonctionnements de notre métabolisme ont pour origine un mauvais fonctionnement de Pranavata.

On retrouve entre autre : anxiété, insomnie, asthme, maux de tête, voix rauque, hoquet, toux sèche, déshydratation, maigreur, état de fatigue généralisé, arythmie cardiaque...


La trop grande stimulation de la société aujourd'hui nous fait retenir notre souffle, ce qui diminue notre force vitale.


Ce souffle est précieux, il faut le chérir, l'entretenir, le travailler.


Prenez le temps de l'observer. Assis en tailleur ou sur chaise, les mains ouvertes, posées sur vos genoux, paumes vers le ciel, ou encore allongé, les bras légèrement écartés, paumes vers le ciel, sentez l'air pénétrer vos narines, la sensation est fraîche, il entre dans vos poumons, les remplissant progressivement. Ils se gonflent et votre cage thoracique s'ouvre elle aussi, tout naturellement, sans forcer. Puis laissez l'air sortir, aussi progressivement qu'il est entré, sentez la cage thoracique qui s'abaissent doucement. Vos poumons doivent être complètement vidés, sans effort, afin de pouvoir accueillir à nouveau l'oxygène. Poursuivez ainsi et contemplez votre respiration, son rythme, la détente qu'elle procure, l'apaisement mental qui en découle, et savourez, pleinement.


Posez-vous dans votre souffle quelques instants tous les jours, comme un cadeau que vous vous faites, un moment de reliance vers votre intériorité, une communion avec vous et ce qui vous entoure, un moment de paix, une pause pour vous ressourcer.




0 views